Le projet européen InDeV pour la protection des usagers vulnérables

Financé par l'appel à projets européen Horizon 2020, le projet InDeV (In -Depth understanding of accident causation for Vulnerable road users) a pour objectif de contribuer à l'amélioration de la sécurité des usagers vulnérables de la route en Europe, en développant une méthodologie intégrée (compilée dans une boîte à outils) pour comprendre les causes des accidents impliquant des usagers vulnérables et un cadre de bonnes pratiques pour une évaluation complète des coûts socio-économiques liés aux accidents de la route impliquant des usagers vulnérables.

Les partenaires du projet de recherche InDeV ont déterminé un ensemble de résultats exploitables donnant d'importantes recommandations pour tous les pays de l'UE : Universités de Lund (Suède), Aalborg (Danemark), Hasselt (Belgique), Institut Polytechnique de Montréal (Canada), BAST (Allemagne), Ingénierie du Trafic (Espagne), Institut Polytechnique de Varsovie (Pologne), Institut des Transports TOI (Norvège).

Les méthodes d’étude, coûts des accidents et données utilisées

Il a été constaté que les définitions des accidents corporels couvrent la plupart des accidents, mais pouvaient parfois exclure des accidents sans tiers. En outre, les définitions des blessures ne sont pas toujours cohérentes entre les pays de l'UE. Il est recommandé d'inclure les accidents sans tiers dans les définitions pour les prendre en compte dans les statistiques officielles sur les accidents et les coûts pour tous les pays de l'UE. Les accidents "graves" et les blessures "légères" doivent être définies de manière exhaustive et cohérente. Utiliser l’échelle de blessure "MAIS3+", récemment introduit par l'UE, est un pas dans la bonne direction.

Le sous-enregistrement est un problème permanent pour les travaux sur la sécurité routière, en particulier la sécurité des usagers vulnérables. En fonction de la gravité des accidents, différentes stratégies ont été introduites pour trouver des valeurs de correction dans le but de compléter les statistiques sur les accidents et donc sur leurs coûts. Il est conseillé de trouver une stratégie commune pour les pays de l'UE.

D'une manière générale, il est nécessaire d'harmoniser les procédures relatives à la collecte et la vérification des données parmi les pays de l'UE. Un moyen d'améliorer la qualité des données de la police sur les accidents (et pas seulement la correction de le sous-enregistrement) consiste à vérifier ces données en utilisant les dossiers hospitaliers/médicaux. Des guides pour l'intégration des données policières et médicales basée sur les meilleures pratiques (par exemple le système STRADA en Suède) serait très bénéfique pour une meilleure qualité des données.

Le calcul des coûts des accidents dans tous les pays de l'UE a gagné en clarté. Les méthodologies sont généralement très hétérogènes. Un processus d'harmonisation devrait être initié. L'introduction d’un calcul par catégorie d’usager pourrait mener vers une meilleure connaissance du coût relatif spécifiquement aux usagers vulnérables, notamment par l’émission d’hypothèses sur le sous-enregistrements de leurs accidents.

 

Les études d'observation

Un système d'enregistrement vidéo a été conçu et testé. Différents types de caméras ont été utilisés pour les enregistrements et il semble que les caméras thermiques aient de nombreuses avantages par rapport aux caméras RVB traditionnelles.

La validation des mesures de sécurité en utilisant les données "traditionnelles" d'enregistrement des accidents peuvent présenter des obstacles pratiques ainsi que des défauts théoriques. Faibles nombres d'accidents, des taux de sous-enregistrement inconnus, ainsi que le fait que les conflits et les accidents sont tous deux des produits de l'exposition et sont donc toujours corrélés dans une certaine mesure sont des arguments à mentionner. D'autres méthodes de validation devraient être recherchées, et des améliorations concernant la création d’indicateurs de substitutions sont nécessaires.

La déclaration volontaire des accidents et en particulier des chutes sans tiers d’usagers vulnérables est une source de données riche, qui n’est pas présente dans les sources de données traditionnelles comme les rapports de police. La question de la détection automatique des chutes sans tiers devrait aussi être étudiée.

 

Les outils pour la collecte et l'analyse automatisée des données

Les recherches sur l'enregistrement de données provenant de drones et de combinaisons de capteurs RGB et Lidar ont été lancées. Il est recommandé de continuer à promouvoir ce domaine de recherche.

Le système de surveillance RUBA (Road User Behaviour Analysis) a été entièrement développé au sein du projet InDeV et est déjà utilisé dans de nombreux pays à travers le monde. Il est devenu important d'assurer une utilisation facile de cette application et de recueillir des expériences pour continuer d’améliorer le système. Son but est d’enlever de grande partie des vidéos de surveillance où il ne se passe rien, pour faciliter leur analyse.