Méthodologies statistiques

Courant 2018, les forces de l'ordre sont progressivement passées au nouveau format dit "BAAC 2017".  L'année 2019 est la première année complète sous le nouveau format. Le bilan 2018 de la sécurité routière et les fichiers de données 2018 publiés par l'ONISR avaient été élaborés après avoir transformé l'ensemble des données transmises au format "BAAC 2017" en données au format "BAAC 2007" afin d'avoir une base de données homogène.

Présentation des méthodes statistiques et le dispositif qui encadre :

  • le traitement des fichiers d’analyse d’accident corporel de la circulation (BAAC)
  • la production du baromètre mensuel

Le fichier BAAC
 

Les accidents corporels ont été définis dans l' arrêté du 27 mars 2007 relatif aux conditions d'élaboration des statistiques. L'ONISR, en charge de l'administration et de la diffusion des statistiques d'accidentalité aux termes du décret du 15 mai 1975 relatif au CISR, a de longue date précisé les modalités de prise en compte des accidents.

Un guide rassemble des cas concrets et détaille la nomenclature du bulletin d'analyse des accidents corporels de la circulation (BAAC). Ce guide est régulièrement actualisé, la dernière version date d'avril 2017. Est classé comme accident corporel de la circulation tout accident, avec une victime, impliquant au moins un véhicule sur une voie ouverte à la circulation publique ; quel que soit l'événement causal, hors acte intentionnel de type suicide ou homicide. Les bulletins d’analyse des accidents corporels de la circulation (BAAC) sont fournis par les forces de l’ordre qui les remplissent à la suite de tout accident corporel où ils sont appelés. Le fichier est complété par les observatoires départementaux de sécurité routière. Les données brutes ayant servi au bilan font l'objet d'un recueil mis également en ligne.

 

Le baromètre mensuel
 

Des remontées rapides transmises par les services du Ministère de l’intérieur, limitées aux nombres d’accidents corporels, de personnes tuées, blessées et blessées hospitalisées, permettent de donner une estimation provisoire du bilan de l’accidentalité en France d’un mois donné dès les premiers jours du mois suivant.

Ces estimations, extrapolées à partir des données brutes des remontées rapides et d’un coefficient calculé à partir des écarts observés l’année précédente entre remontées rapides et fichier BAAC définitif, font l’objet d’un baromètre mensuel commenté, offrant diverses comparaisons (du mois au même mois de l’année précédente, des premiers mois de l’année aux mêmes n mois de l’année précédente) ainsi qu’un suivi de tendance établi sur la base de 12 mois glissants.

Depuis le mois de janvier 2017, le baromètre se présente sous une nouvelle infographie qui permet de mettre en évidence l’inscription des chiffres mensuels sur 12 mois. En se fondant sur une année glissante la réalité des tendances de fond de l’accidentalité routière est plus pertinente que des données mensuelles, par définition plus conjoncturelles. Par ailleurs toutes les chiffres clés de l’accidentalité sont présentés dans une figure concentrique. Elle permet de percevoir d’un seul regard l’onde de choc produite par les accidents de la route.

 

Définition du blessé grave

Pour répondre à l'exigence de l'Union européenne, la France s'est engagée à recenser, dès 2014, ses blessés graves de la route. Le Registre du Rhône des victimes d’accidents de la circulation routière réalise, depuis 1995, un enregistrement continu et le plus exhaustif possible des victimes en milieu médical. L’ensemble des services de secours et de soins prenant en charge les victimes participe au recueil des données.

Est incluse dans le Registre toute personne consultant à la suite d’un accident de la circulation sur une voie publique ou privée du département du Rhône, accident impliquant au moins un moyen mécanique de locomotion, y compris planche ou patins à roulettes. Des renseignements concernant la victime, son accident, ses lésions et son devenir médical sont recueillis.

Ce Registre est qualifié par le Comité National des Registres et autorisé par la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés.

Pour en savoir plus : Blessures