Les indicateurs régionaux de France métropolitaine

Principaux indicateurs régionaux de France métropolitaine - mise à jour 2019

En 2019, la région Île-de-France (19 % de la population métropolitaine) concentre 32 % des accidents corporels, 30 % des blessés et seulement 8 % des décès.

Mortalité par million d’habitants dans les régions (2015-2019)

Le nombre de personnes tuées par an et par million d’habitants sur la période 2015-2019 est de 52 pour la France métropolitaine et varie selon les régions entre 25 en Île-de-France et 93 en Corse. 4 régions sur 13 ont un taux inférieur à la moyenne nationale de 52, toutes dans la moitié nord.

Entre les périodes 2010-2014 et 2015-2019, la mortalité ramenée à la population a baissé dans toutes les régions. Pour beaucoup, la baisse est proche de la baisse nationale (- 9 %). Les régions Centre-Val de Loire et Occitanie ont connu des baisses plus importantes (- 16 % et - 13 %) et les régions Corse et Hauts-de-France des baisses moindres (- 4 % ou - 2 %).

En moyenne, la mortalité par million d’habitants des 18-24 ans est deux fois plus forte (109) que le taux tous âges confondus (52). Elle est d’autant plus élevée dans les régions où les taux de mortalité tous âges sont les plus importants : autour de 140 en Occitanie, PACA et Nouvelle Aquitaine, plus de 175 en Bourgogne-Franche-Compté, Centre-Val de Loire et jusqu’à 219 en Corse.

Les indicateurs sur 2015-2019 sont disponibles ci-contre, et la moyenne 2017-2019 est présentée sur la carte ci-dessous :

Types d’accidents dans les régions (Données 2019)

La répartition des personnes tuées selon le mode de déplacement varie fortement d’une région à l’autre, du fait de pratiques de mobilité différentes :

  • La part des piétons parmi les personnes tuées est de 15 % en France métropolitaine. Elle varie entre 9 % en Corse et Centre-Val de Loire et 28 % en Île-de-France. Elle est plus élevée dans les régions comptant les plus grandes métropoles (Paris, Marseille et Lille)
  • Les usagers de deux-roues motorisés représentent 23 % des décès en France métropolitaine. Ils sont fortement représentés parmi les personnes tuées en Provence-Alpes-Côte d’Azur, en Corse et en Île-de-France (respectivement 36 %, 34 % et 29 %). Ces trois régions regroupent 28 % des usagers de 2RM tués en métropole, elles rassemblent également 28 % du parc 2RM
  • Les 2RM sont fortement représentés parmi les personnes tuées lors d’un trajet domicile-travail (36 % en Métropole), avec 4 personnes sur 10 en Auvergne-Rhône-Alpes et en Île-de-France et jusqu’à 53 % en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

 

L’alcool ou les stupéfiants sont impliqués dans 44 % des décès, mais plus fortement dans certaines régions (48 % en Bretagne, dans les Hauts-de-France, en Occitanie et en Provence-Alpes-Côte-d’Azur).

Evolution de la mortalité par million d'habitants, entre 2010 et 2019 :

Par rapport à 2018, la mortalité est en augmentation dans 6 régions avec une forte hausse en Auvergne-Rhônes Alpes (+16,8 %), suivi de l’Occitanie (+6,6 %), des Hauts de France (+4,9 %), de la Corse (+3,4 %), de Provence-Alpes-Côte d’Azur (+1,7 %) et de la Normandie (+1,2 %).

A l’inverse, 7 régions métropolitaines sont stables (la Bourgogne-Franche-Comté) ou en baisse. La baisse plus forte de la mortalité revient à l’Ile de France (avec -13,3 %), suivi du Centre Val de Loire (-9,9 %), du Grand Est (-6,4 %), de la Nouvelle Aquitaine (-5,7 %), la Bretagne (-4,5 %) et les Pays de Loire (-2,5 %). La moyenne nationale est une baisse de -0,1 % entre 2018 et 2019.

Par rapport à 2010, l’ensemble des régions sont en baisse. Toutefois, 2 régions métropolitaines ont une baisse de la mortalité en 2019 par rapport à 2010 inférieure à la moyenne nationale (-18,7 % entre 2010 et 2019). Ainsi la mortalité routière en Bretagne n’a baissé que de -6,6 % sur la même période ainsi que Auvergne-Rhônes Alpes avec -8,3 %.

####TEST-RBO####