Les indicateurs départementaux

Principaux indicateurs d'accidentalité des départements de France métropolitaine - mise à jour septembre 2021

En 2020, année fortement impactée par la pandémie de COVID 19, le nombre de personnes tuées par département varie dans un rapport de 1 à 30 (3 dans les Hautes-Alpes et 83 dans les Bouches-du-Rhône), avec une moyenne en France métropolitaine à 26 et une médiane à 25. Pour 46 départements, le nombre de personnes tuées est situé entre 15 et 30. Parmi les valeurs extrêmes, vingt départements ont une mortalité inférieure à 15 personnes tuées (départements peu densément peuplés). A l’opposé, quatorze départements ont enregistré plus de 40 personnes tuées ; ce sont des départements à composante urbaine forte. Un tiers des départements concentre 54 % du nombre de tués total.

Evolutions spécifiques 2020

Entre la moyenne sur la période 2015-2019 et l’année 2020, la mortalité a diminué de - 25 % en France métropolitaine. Elle a même diminué plus fortement dans 47 départements, alors qu’elle a augmenté dans cinq départements : Paris (+ 20 %), la Corrèze (+ 10 %), la Vienne (+ 9 %), et dans une moindre mesure en Haute-Saône (+ 2 %) et dans l’Ain (+ 2 %).

 

Mortalité par million d'habitants (moyenne 2015-2019).

Carte de la moyenne des tués de 2015 à 2019

 

Nombre de personnes tuées par département en 2020

les tués en 2020

Types d'accidents dans les départements.

Alors que la part des piétons dans la mortalité est de 15 % en Métropole, elle dépasse un tiers dans les Hauts-de-Seine, les Ardennes, les Pyrénées-Orientales, le Val-de-Marne, la Manche, la Seine-Saint-Denis, l’Eure-et-Loir, la Haute-Corse et Paris. Elle est i
nférieure à 10 % dans 33 départements.

La part des cyclistes, qui représentent en moyenne 7 % des personnes tuées, est supérieure à 15 % dans 10 départements. Le quart des cyclistes tués se
concentre sur 8 départements. Par ailleurs, dans 23 départements aucun cycliste n’a été tué en 2020 et dans 26, un seul cycliste a trouvé la mort

Les usagers de deux-roues motorisés représentent plus de 40 % des usagers tués dans 10 départements. Il s’agit à la fois de départements très urbains et d’autres plus ruraux.

32 % des personnes tuées le sont dans un accident impliquant un conducteur à l’alcoolémie supérieure ou égale à 0,5 g/l de sang. Pour 42 départements, un tiers des personnes tuées le sont dans un accident impliquant un conducteur alcoolisé.

En moyenne, 43 % des personnes tuées le sont dans un accident impliquant un conducteur sous emprise alcool et/ou stupéfiant. Pour 31 départements, la moitié des personnes tuées le sont dans un accident impliquant un conducteur alcoolisé et/ou drogué.

18 % des personnes tuées sont âgées entre 18 et 24 ans ; et pour 17 départements, ce taux est supérieur à 25 %, principalement sur la moitié sud de la France.